pervers

pervers, erse [ pɛrvɛr, ɛrs ] adj. et n.
purvers 1120; lat. perversus, p. p. de pervertere pervertir
1Littér. Qui est enclin au mal, se plaît à faire le mal ou à l'encourager. corrompu, dépravé, méchant, vicieux. Âme perverse. « un petit nombre d'hommes, qu'une nature perverse que rien ne peut corriger entraîne au vice » (Diderot).
Par ext. Dit ou fait par perversité. Une machination perverse. diabolique. Conseils pervers.
2(Sens étym.) EFFET PERVERS, détourné de sa fin, non conforme au résultat escompté. Certains effets pervers de la chimiothérapie.
3(XXe) Qui témoigne de perversité ou de perversion. Goûts pervers, tendances perverses. Il est un peu pervers.
4 N. Personne qui présente une déviation des instincts élémentaires, qui accomplit spontanément des actes immoraux, antisociaux. Pervers sexuel. Pervers polymorphe.
⊗ CONTR. 1. Bon, vertueux.

pervers, perverse adjectif et nom (latin perversus, de pervertere, pervertir) Qui est enclin à faire le mal et qui le tente par des moyens détournés : Un être pervers qui espère votre échec. Dont les instincts sexuels se manifestent par un comportement anormal. ● pervers, perverse (synonymes) adjectif et nom (latin perversus, de pervertere, pervertir) Qui est enclin à faire le mal et qui le...
Synonymes :
- démoniaque
Dont les instincts sexuels se manifestent par un comportement anormal.
Synonymes :
- dénaturé
- dépravé
- dévoyé
pervers, perverse adjectif Qui manifeste un esprit malfaisant : Des conseils pervers. Relatif à la perversion. ● pervers, perverse (expressions) adjectif Effet pervers, dont les incidences détournées sont contraires aux résultats désirés. ● pervers, perverse (synonymes) adjectif Qui manifeste un esprit malfaisant
Synonymes :

pervers, erse
adj. et n.
d1./d Litt. Porté à faire le mal.
Qui dénote la perversité. "Une belle enfant méchante dont les yeux pervers..." (Verlaine).
|| Corrompu, dépravé.
d2./d PSYCHO Atteint de perversion.
Subst. Un(e) pervers(e).
|| Spécial. Atteint de perversion sexuelle.
d3./d Loc. Effet pervers: conséquence indirecte, inattendue et fâcheuse.

⇒PERVERS, -ERSE, adj. et subst.
I.Empl. adj.
A. —[En parlant d'une pers. ou d'une divinité]
1. Enclin au mal; qui fait, qui aime à faire le mal. Synon. corrompu, malfaisant, méchant. Créature, dieu, divinité, jouisseur, race pervers(e). L'homme (...) devient pervers; il vole, il ment; L'âme inconnue et sombre a des vices d'esclave (HUGO, Légende, t.2, 1859, p.605). Beaucoup de ces rustres (...) croient (...) aux ondines perverses et naufrageuses (ARNOUX, Rhône, 1944, p.64).
2. PSYCHOPATHOL. Qui est totalement dépourvu de sentiments et de sens moral (d'apr. Méd. Biol. t.3 1972). L'enfant dit «pervers», c'est-à-dire celui qui manifeste des tendances pathologiques à accomplir des actes immoraux, agressifs (LEIF 1974, s.v. perversité). L'homme pervers (atteint de perversité) «ne s'abandonne pas seulement au mal, mais le désire» (VIREL Psych. 1977). V. cupide B 2 ex. de Mounier.
En partic. Dont le comportement sexuel s'écarte de la normalité. Synon. dépravé, vicieux. Bien des individus (...) résistent parfois difficilement à l'invasion de leur imagination par des fantasmes sexuels dits pervers sans qu'on puisse les classer parmi les personnalités perverses (BASTIN 1970, s.v. perversion).
B. —[P. méton., en parlant d'un attribut d'une pers., d'une manifestation de l'esprit humain]
1. Qui caractérise, qui est le fait d'une personne encline au mal, qui fait, qui aime à faire le mal. Je parle des femmes vraiment femmes, douées de cet esprit (...) de canaillerie charmante, de tromperie exquise, de délicieuse perfidie, de toutes ces perverses qualités qui poussent au suicide les amants imbécilement crédules (MAUPASS., Contes et nouv., t.1, Avent. paris., 1881, p.761). Un besoin pervers et enfantin de mystifier le lecteur (SARRAUTE, Ère soupçon, 1956, p.73).
SYNT. Âme, esprit, intelligence, nature pervers(e); conseil, curiosité, désir, goût, impulsion, instinct, joie, plaisir, sensualité, volupté pervers(e).
P. anal. Effet pervers. Conséquence néfaste, pernicieuse, qui n'était pas prévue ou prévisible, et qui n'en est que plus redoutable. C'est (...) à l'actionnaire (l'État) ou à l'épargnant (en souscrivant à des emprunts) de financer l'investissement (...). D'abord, on risque de déclencher des «effets pervers», ces conséquences imprévues qui vont à l'encontre du but recherché (Le Point, 1er mai 1978, p.86, col. 2). La guerre des ondes a eu un autre effet pervers. En cryptant leurs programmes pour riposter au piratage, les responsables des chaînes câblées ont du même coup cassé le marché des installations satellites aux États-Unis (L'Express 2, 21 nov.-18 déc. 1986, p.34).
2. PSYCHOPATHOL. Qui caractérise un pervers constitutionnel (v. infra). Disposition perverse. Du point de vue médico-légal, (...) il convient d'apprécier dans quelle mesure un acte pervers est le résultat dans l'intention de mal faire, d'une libération volontaire des tendances mauvaises de la nature, ou l'effet malfaisant d'une détérioration pathologique de la personnalité morale (POROT 1960).
En partic. Qui caractérise un sujet dont le comportement sexuel s'écarte de la normalité. La disposition perverse polymorphe définit toute sexualité infantile, (...) la plupart des perversions se rencontrent dans le développement psychosexuel de tout individu (LAPL.-PONT. 1967, s.v. perversion). Ce n'est qu'au cours de la deuxième poussée sexuelle (puberté) que la fraction des activités «perverses» (érotiques extra-génitales) qui n'a pas été refoulée (...) sera réintégrée à la sexualité, sous forme des plaisirs préliminaires (CHAZAUD 1973, s.v. perversion). V. BASTIN 1970 supra:
1. ... ce qui (...) leur avait été présenté comme vice, (...) —l'homosexualité, les drogues, les formes compliquées ou perverses de l'érotisme —la jeunesse en faisait étalage devant eux comme d'amusements presque normaux...
DRUON, Gdes fam., t.1, 1948, p.26.
P. méton. [En parlant d'une chose] Qui corrompt, qui incite à faire le mal dans le domaine sexuel. Beauté perverse. L'odeur perverse des parfums (HUYSMANS, À rebours, 1884, p.72). Sa rousse et perverse chevelure (...) était parcourue (...) d'ondes étonnantes qui m'arrivaient droit par vibrations jusqu'au périnée (CÉLINE, Voyage, 1932, p.123):
2. Les sons pervers de l'accordéon perçaient encore ses oreilles, l'horreur des yeux humains excités par la concupiscence restait sur elle.
JOUVE, Paulina, 1925, p.205.
II.Empl. subst.
A. —1. Personne qui est encline au mal, qui fait ou qui aime à faire le mal. Que toute la nature Crie à l'aspect de ces pervers: Hou, les vils scélérats! Les monstres! Les infâmes! (CHÉNIER, Ïambes, 1794, p.270).
2. PSYCHOPATHOL. Pervers (constitutionnel). ,,Sujet totalement dépourvu de sentiments et de sens moral, enclin à faire le mal volontairement et dont le caractère asocial se manifeste très tôt, dès l'enfance`` (Méd. Biol. t.3 1972). Méchanceté foncière du pervers. «L'honnête homme» (...) n'est «l'honnête homme» que pour lui, parce qu'il lui plaît. Le saint ni le pervers ne sont aussi bien maîtres d'eux-mêmes (JOUHANDEAU, M. Godeau, 1926, p.55). Le niveau intellectuel du pervers conditionne largement son comportement social et rend compte du plan d'organisation plus ou moins habile de ses méfaits (POROT 1960, s.v. perversion). Les véritables pervers sont rares; ce sont de «mauvais sujets», incapables de se plier à une discipline, égoïstes, (...) méchants, [ils] font souffrir les animaux, se répandent en calomnies (...) et prennent plaisir à accomplir des actes antisociaux ou contre nature (SILL. 1965, s.v. perversion). V. perversité ex. de Mounier.
En partic. Sujet dont le comportement sexuel s'écarte de la normalité. Pervers dont la satisfaction complète est inséparable des actes que l'on pourrait appeler accessoires ou préparatoires au coït normal (POROT 1960, s.v. perversions sexuelles). Selon la théorie classique, le petit enfant humain est un pervers polymorphe, c'est-à-dire que ses désirs sexuels infantiles ne sont canalisés dans aucune direction et qu'il considère les différentes zones érogènes comme interchangeables (RYCR. 1972, s.v. perversité polymorphe):
3. Elle trouva amusant de déniaiser ce gamin (...). Lui, immédiatement possédé, hanté, éperdu de passion pour cette perverse, en devint follement amoureux et jaloux.
VAN DER MEERSCH, Invas. 14, 1935, p.171.
B.Empl. subst. masc. sing. à valeur de neutre, littér. et/ou PSYCHOPATHOL. Goût du mal, caractère de celui, celle qui est enclin au mal, qui fait, qui aime à faire le mal. Ce qui est nul finit un jour ou l'autre par tomber dans le pervers (GOBINEAU, Pléiades, 1874, p.278). [L'] inactivité (...) oriente les nerveux vers le frémissement brutal de l'anormal et du pervers (MOUNIER, Traité caract., 1946, p.253):
4. ... Lafcadio (...) pousse son compagnon hors du wagon, pour rien, par curiosité de lui-même. Cette dangereuse curiosité de soi, c'est pourtant le principe de l'éthique d'André Gide, comme ce goût du pervers, celui de son esthétique.
MASSIS, Jugements, 1924, p.12.
REM. Perversement, adv. D'une manière perverse. Leurs mains perversement câlines [des femmes des bars] En servant ont d'heureux hasards (LORRAIN, Modern., 1885, p.23). Inaccessible au sacré, j'adorais la magie: le cinéma, c'était une apparence suspecte que j'aimais perversement pour ce qui lui manquait encore (SARTRE, Mots, 1964, p.101).
Prononc. et Orth.:[], fém. [-]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1re moitié XIIes. subst. purvers «celui qui est enclin à faire le mal» (Psautier Cambridge, éd. Fr. Michel, XVII, 26); 1176-81 adj. pervers «qui est enclin à faire le mal» (CHRÉTIEN DE TROYES, Chevalier Lion, éd. M. Roques, 1352). Empr. au lat. perversus «renversé» et au fig. «appliqué à contre temps; vicieux», part. passé adj. de pervertere, v. pervertir. Fréq. abs. littér.:590. Fréq. rel. littér.:XIXes.: a) 692, b) 635; XXes.: a) 1130, b) 897.

pervers, erse [pɛʀvɛʀ, ɛʀs] adj. et n.
ÉTYM. 1120, purvers; lat. perversus, p. p. de pervertere. → Pervertir.
1 Littér. Qui est enclin au mal, qui se plaît à faire le mal ou à l'encourager. Corrompu, dépravé, méchant, vicieux. || Âme perverse. Noir (I., B., 2.), satanique.|| « À ces mots, l'animal (cit. 3) pervers… » (La Fontaine).
1 (…) un petit nombre d'hommes, qu'une nature perverse que rien ne peut corriger entraîne au vice.
Diderot, Entretien d'un philosophe avec la Maréchale de .
2 Les hommes sont pervers; ils seraient pires encore s'ils avaient eu le malheur de naître savants.
Rousseau, Disc. sur les sciences et les arts, I.
3 Shakespeare est le plus pervers des hommes, et le plus innocent. Tous les vices, tous les crimes sont en lui (…) Incomparable perversité de Shakespeare, et son innocence en est faite, puisque tout ce qui est de sa nature tourne en imagination.
André Suarès, Valeurs, p. 299-300.
4 (…) les êtres vraiment pervers sont presque aussi rares en ce monde que les saints.
F. Mauriac, la Pharisienne, VIII.
Par ext. Mauvais sur le plan moral; dit ou fait par perversité (1.). || Une machination perverse. Diabolique. || Approuver (cit. 14) des choses perverses ou immorales. || Conseils pervers; doctrine perverse.« Tandis qu'à leurs œuvres perverses… » (→ Averse, cit. 2, Gautier).
N. Vx. Méchant (surtout au plur.; rare au fém.). || Les injustices des pervers (→ Épargner, cit. 24). || Dieu, qui dompte les pervers (→ Hausser, cit. 10).
5 La vie est une cour d'assises; on amène
Les faibles à la barre accouplés aux pervers.
Hugo, les Contemplations, V, III.
2 (1909, Dupré). Didact. et cour. (À distinguer de perverti). Qui témoigne de perversité (2.).REM. Le terme est ambigu, dans la mesure où il correspond aux deux substantifs perversité et perversion (→ ci-dessous). L'acception correspondant à perversité est plus fréquente dans le langage courant.
Comportement pervers : « ensemble de conduites récidivantes à orientation antisociale, fréquemment nuisible et même destructeur, sans motivation nettement apparente » (R. Bascou, in Lafon). || Acte pervers. || Tendances perverses. Dénaturé, dépravé, vicieux.Cour. || Il est un peu pervers.
6 Nous ne pouvons approcher des êtres les plus pervers, sans reconnaître en eux des hommes. Et la sympathie pour leur humanité entraîne notre tolérance pour leur perversité.
Proust, Jean Santeuil, Pl., p. 872.
Qui témoigne de perversion (2.). || Goûts pervers.Psychan. || Disposition perverse polymorphe : disposition de la sexualité, quand elle est soumise au jeu de pulsions partielles (et non pas unifiée en fonction de l'acte génital). || « (…) la disposition perverse polymorphe définit toute sexualité infantile » (Laplanche et Pontalis).Par exagér. Qui est anormal, morbide, semble marquer une légère perversion (→ Complexe, cit. 7; hommasse, cit. 2).Beauté, grâce perverse d'une femme (→ Fuselé, cit. 1).
3 N. Sujet caractérisé par la perversité, ou par une perversion des instincts élémentaires. || Pervers constitutionnel (vx). || Pervers sexuel.REM. On réserve la dénomination de pervers à celui qui, « accomplissant systématiquement des actes immoraux ou antisociaux, est en même temps porteur (…) d'un net syndrome pathologique » (Le Gall, Caractérologie des enfants…, p. 417).
Spécialt. || Pervers polymorphe (Freud) → ci-dessus, 2.
CONTR. Bon, vertueux. — Normal.
DÉR. Perversement.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • pervers — pervers, erse (pèr vêr, vèr s ) adj. 1°   Dont l âme est tournée vers le mal. •   À ces mots l animal pervers (C est le serpent que je veux dire, Et non l homme : on pourrait aisément s y tromper), LA FONT. Fabl. X, 2.    Il se dit aussi des… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • pervers — PERVÉRS, Ă, perverşi, se, adj. (Despre oameni; adesea substantivat) care este înclinat spre fapte rele, gata oricând să facă rău; care manifestă o deviere de la normal a instinctelor, a judecăţii, a ideilor, descompus din punct de vedere moral;… …   Dicționar Român

  • pervers — Adj std. (16. Jh.) Entlehnung. Entlehnt aus frz. pervers, dieses aus l. perversus umgedreht, verkehrt, unrecht, schlecht, böse , dem PPP. von l. pervertere umstürzen, völlig umwerfen , zu l. vertere wenden, drehen, umkehren und l. per .… …   Etymologisches Wörterbuch der deutschen sprache

  • pervers — Pervers, [perver]se. adj. Meschant, depravé. Un naturel pervers. un homme pervers. le monde est bien pervers, avoir des sentiments pervers. doctrine perverse. opinion perverse. moeurs perverses. Il s employe aussi subst. mais plustost au pluriel… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • pervers — pervers: Das Adjektiv mit der Bedeutung »als widernatürlich empfunden; schlimm, absurd« wurde im 16. Jh. – vielleicht durch Vermittlung von entsprechend frz. pervers – aus lat. perversus »verdreht, verkehrt; schlecht« entlehnt. Zugrunde liegt lat …   Das Herkunftswörterbuch

  • pervers — Adj. (Mittelstufe) in geschlechtlicher Beziehung widernatürlich veranlagt Synonym: abartig Beispiel: Er hatte eine perverse Lust an Folter. Kollokation: sich pervers benehmen …   Extremes Deutsch

  • Pervers — (lat.), verkehrt, entartet, verderbt; Perversität, Abwendung vom Normalen, z. B. Perversität des Geschmackes: das Verschlingen ekelerregender Dinge. Perversität des Geschlechtstriebes: die Neigung zu dessen abnormer Befriedigung (s.… …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • Pervérs — (lat.), verkehrt; Perversiōn, Verdrehung, Verschlimmerung; Perversität, Verkehrtheit; in der Psychiatrie eine Umkehrung der natürlichen Gefühle und Triebe …   Kleines Konversations-Lexikon

  • pervers — Pervers, Peruersus …   Thresor de la langue françoyse

  • Pervers — Perversion La perversion est à l origine le fait de détourner de l orientation de base, de la cause commune ou des logiques naturelles. Dans le langage courant, le terme a une connotation péjorative, due à l emploi religieux de ce mot comme… …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.